Saint-Victoret, Le site officiel de la ville

Vous êtes dans : Accueil > Histoire et patrimoine > Le mémorial Jean Boulet

Le mémorial Jean Boulet

Le samedi 19 novembre 2011, Saint-Victoret inaugurait le mémorial Jean Boulet, en mémoire de cet homme, pilote d’essais hélicoptères, décédé le 14 février 2011. En présence de nombreux officiels, civils, militaires, de membres du personnel d’Eurocopter et de la famille de Jean Boulet, trois plaques commémoratives ont été dévoilées à la mémoire de ce serviteur de l’aéronautique. Détenteur de 17 records internationaux, Jean Boulet, a relevé nombre de défis aéronautiques et se sera tout au long de vie dédié aux voilures tournantes.




BIOGRAPHIE DE JEAN BOULET

Jean Boulet, pilote de tous les records

Le 14 février 2011, Jean Boulet s’est éteint dans sa 91ème année. Hommage à son audace et sa modestie.

Cet ancien ingénieur de l’école Polytechnique et Sup’Aéro a été l’un des plus grands pilotes d’essais hélicoptères. Il est sans conteste, malgré sa grande modestie, un de ceux qui ont le plus favorisé le développement de l’hélicoptère en France et dans le monde. Il entre en 1947 à la SNCASE pour s’occuper des futurs essais d’hélicoptères en cours de développement : le SE 3101, qu’il présenta en 1948 en meeting, et le SE 3000. Il fut ensuite chargé des vols de réception des avions à réaction « Vampire « et « Mistral » construits sous licence à Marignane. Suite à l’accident d’un Sikorsky S-55 lors d’une présentation publique, Georges Héreil, président de la SNCASE demande à ses pilotes polyvalents de choisir, afin de réduire les risques, leur spécialité entre l’avion et l’hélicoptère.

Une carrière vouée aux hélicoptères français

Seul Jean Boulet optera pour l’hélicoptère, activité qui ne le lâchera plus jusqu’à la fin de sa carrière. Il fut nommé en 1953 chef de la base d’essais en vol d’hélicoptères de la SNCASE. La même année, à bord du prototype de la première Alouette, le SE 3120, il couvrit 12 fois un circuit fermé en un peu plus de 13 heures (1252 km à 103 km/h de moyenne), ravissant ainsi le record américain sur Sikorsky R-5.

Le 12 mars 1955, grâce aux performances de la turbine « Artouste » qui équipe désormais l’appareil, Jean Boulet emmena l’Alouette II à l’altitude de 8209 m. Les records battus par la SNCASE incitèrent les responsables à songer aux débouchés commerciaux.
Le SE 3131 « Gouverneur » qu’il fit voler le 16 mai 1957 fut présenté au 20ème Salon du Bourget. Une Alouette II sur-motorisée, ancêtre du Lama, fut construite et, le 13 juin 1958, il atteignit 10984 m et s’adjugea 3 records de vitesse ascensionnelle dont 9000 m en 17mn 43s !

Le 7 décembre 1962, Jean Boulet, Roland Coffignot, Jean-Marie Besse et Joseph Turchini firent voler pour la première fois le premier hélicoptère tri-turbine français : le Super Frelon. C’est sur cet appareil caréné par Marcel Riffard que fut battu le 23 juillet 1963 le record de vitesse à 350,47 km/h. En 1965 Jean Boulet et Roland Coffignot font voler le prototype du SA330 qui aura lui aussi une longue carrière civile et militaire. En 1968, il est aux commandes de la SA 341 Gazelle pour mener son premier vol puis en 1969 fait voler le premier SA 315 Lama sur lequel il allait établir, le 21 juin 1972, à Istres près de Marignane, le record non battu à ce jour qui le fit entrer dans l’histoire, avec une altitude de 12440 m.

En 1975, Jean Boulet quitte définitivement la direction des Essais en vol en tant que navigant. Il laisse derrière lui une impressionnante somme de connaissances techniques qu’Aerospatiale puis Eurocopter utiliseront pour développer la gamme d’hélicoptères la plus large au monde.
Respect, Monsieur Boulet !

Auteur : Daniel Liron, article extrait de Rotor N°65« 27 ans sous les rotors »

 

eZ publish © Inovagora